⟵ Retour

Réforme des retraites : pour un système plus simple et plus juste.

Depuis plusieurs jours, des milliers de Français subissent une mobilisation contre la réforme des retraites. Les blocages dans les transports rendent la vie des travailleurs et des commerçants très compliquée, même si chacun s’adapte avec courage à la situation. Je tiens à leur apporter mon soutien.

Cette réforme était dans le programme du candidat Emmanuel Macron, élu Président de la République. Elle était dans les engagements des candidats aux législatives qui constituent aujourd’hui la majorité à l’Assemblée Nationale. Ne pas aller au bout de ce travail, ce serait renoncer aux engagements qui ont été pris.

Pour autant, la nécessité de dialoguer a été prise en compte, avec de nombreuses concertations. Nous avons aussi pris conscience du besoin de donner toutes les précisions sur cette réforme. C’était le sens de la prise de parole du Premier Ministre ce jour, que je tiens à saluer.

Cette réforme repose d’abord sur un diagnostic clair.

Une démographie et un marché du travail qui ont évolué, invitant à revoir le modèle d’après-guerre. Nous devons tenir compte du taux de chômage structurellement élevé, de l’allongement de la durée de vie et du décalage de la pyramide des âges. Il y a 1,7 actif pour un retraité aujourd’hui en France, contre 4 pour 1 en 1950.

Des avantages qui n’ont plus lieu d’être et un système trop complexe. La myriade de régimes spéciaux crée des frustrations et des inégalités à situation similaire. Les carrières n’étant plus linéaires, la diversité des caisses de retraites fait qu’anticiper sa situation de retraité devient un casse-tête.

Je retiens des annonces du Premier Ministre quelques principes forts et des mesures ambitieuses.

La solidarité : les travailleurs continueront de payer la retraite de leurs aînés, car c’est une valeur cardinale de notre contrat social. Nous aurons donc toujours un système par répartition. Les très hauts revenus contribueront également plus qu’hier à la solidarité nationale.

L’universalité : chaque euro cotisé donnera les mêmes droits, et les évolutions de carrières ne pèseront pas sur la retraite. Cela signifie que les 42 régimes spéciaux doivent être supprimés. Universalité ne veut pas dire nier les spécificités. C’est pourquoi les forces de sécurité ou les personnels soignants auront des dérogations. C’est aussi pour cela que nous revaloriserons les carrières des enseignants dès 2021 pour que leurs pensions soient garanties. Nous attacherons aussi une importance toute particulière à la situation des femmes qui doivent pouvoir partir plus tôt à taux plein. La prise en compte de la pénibilité sera élargie et ceux qui ont commencé à travailler tôt partiront plus tôt à la retraite.

La protection, avec des garanties claires. D’abord sur le système par points, plus juste que celui par trimestres, qui permettra de protéger ceux qui ont des carrières hachées et de permettre à tout travail, même ponctuel, d’ouvrir des droits et d’alimenter la retraite. La valeur du point ne pourra pas baisser grâce à une règle d’or avec indexation sur les salaires, qui augmentent plus vite que l’inflation. Il en va de la confiance des jeunes générations dans ce nouveau système. Ensuite, nous proposons un acquis social inédit : aucune retraite inférieure à 1000€ pour une carrière complète au SMIC. Cela signifie aussi que les agriculteurs, artisans ou indépendants pourront envisager l’avenir plus sereinement.

Enfin, la responsabilité. Sous le contrôle du Parlement, la gouvernance sera confiée aux partenaires sociaux qui devront décider les modalités de la mise en place progressive de la réforme. La responsabilité c’est aussi d’assumer les conditions de l’équilibre budgétaire avec justice : l’âge légal reste 62 ans, mais il faudra qu’ils mettent en place un système de bonus-malus autour d’un âge d’équilibre de 64 ans. Sans travailler plus, nous ne pourrons financer ce niveau unique et élevé de solidarité.

Ce nouveau système entrera en vigueur très progressivement et ne s’appliquera qu’aux générations nées après 1975. 100% des droits acquis sur les régimes actuels seront maintenus. La génération qui entrera sur le marché du travail en 2022 sera la première totalement au régime universel.

Cette réforme constitue donc un progrès social majeur. Le nouveau système sera plus simple, plus pratique, plus lisible, plus équitable. Construire l’État-providence de demain exige du courage. Cela demande évidemment de l’écoute et du dialogue, sans céder face aux corporatismes injustifiés.

Vous pouvez compter sur mon engagement.

Pacôme Rupin

Député de la 7ème circonscription de Paris


Grand Paris : l'urgence d'agir. Notre tribune, 10 ans après la loi sur le Grand Paris, pour en finir avec le millefeuille territorial
Il y a 10 ans, a été votée une loi pour lancer l’immense chantier du Grand Paris Express. Mais depuis, le Grand Paris peine à trouver un débouché institutionnel. En effet, la création de la Métropole du Grand Paris en...
Un plan de déconfinement progressif et différencié, seule stratégie possible pour contrôler l’épidémie
Outre l’importance d’un recours massif aux tests et aux masques, la stratégie de déconfinement présentée par le Premier Ministre repose sur deux autres principes : la progressivité et la différenciation territoriale. ...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK