Dans 20 ans, il n’y aura plus de voiture à essence ou à diesel : la transition commence maintenant !

Quel paradoxe ! En septembre, on disait du gouvernement qu’il n’était pas assez écolo après la démission de Nicolas Hulot. En novembre, on reproche la trajectoire courageuse de la taxe carbone qui va tripler d’ici 2022 et qu’il a fait voter dès la première loi de finances du quinquennat en tant que Ministre de la transition écologique, conformément aux engagements de campagne d’Emmanuel Macron.

Mais je me réjouis de ce débat salutaire sur la hausse des prix sur les carburants car nous sommes bien à un tournant dans l’histoire de la voiture dans notre pays : dans 20 ans, les voitures ne rouleront plus au gazole ou à l’essence. Ce sont les engagements pris par la France dans le cadre des accords de Paris sur le climat. De plus, dans un contexte de forte instabilité géopolitique, les prix du baril peuvent exploser du jour au lendemain. C’est donc aussi un risque économique de rester autant dépendant au pétrole.
 
Les 40 millions de voitures utilisées aujourd’hui quotidiennement vont disparaître, c’est un bouleversement majeur.
Nous ne pouvons donc plus attendre pour inciter les Français à changer leurs habitudes de mobilité, car ce n’est que le début, chacun doit en prendre conscience ! Cette transition va être contraignante, elle va être difficile pour beaucoup de Français mais elle est absolument nécessaire si nous voulons régler le double problème de la pollution de l’air et des émissions de gaz à effet de serre.
 
Mais nous ne sommes pas égaux face à ces contraintes.
Pour les personnes qui habitent en ville, c’est facile d’abandonner sa voiture pour prendre les transports en commun, utiliser des taxis ou des VTC quand nécessaire, ou encore se mettre au vélo. Rien à voir avec la situation de ceux qui habitent à la campagne, quand il faut prendre sa voiture pour aller travailler, faire des courses ou se faire soigner. Il faut donc être avant tout solidaire avec nos concitoyens qui habitent à la campagne car c’est pour eux que la transition va être la plus contraignante. C’était le sens de la suppression de la taxe d’habitation, beaucoup plus élevée en zone rurale qu’en zone urbaine. Nous préférons taxer l’essence que le logement ou le travail.

La hausse des prix des carburants va immanquablement permettre le développement des alternatives à marche forcée.
Plus les énergies fossiles seront chères, plus les substituts seront intéressants. La prime de conversion permet d’être aidé dans l’acquisition d’une voiture qui consomme moins. Le bonus écologique permet d’acheter une voiture électrique, encore trop chère aujourd’hui mais dont le prix va baisser dans les prochaines années. Partout, les élus locaux développent des nouvelles formes de mobilité, petites navettes, co-voiturage. Et comme tout avec l’écologie, les petits gestes comptent : prendre sa voiture jusqu’à la première gare plutôt que jusqu’à la destination finale, prendre le vélo pour les petites distances plutôt que la voiture, s’organiser pour faire quelques déplacements en moins par semaine. Tout cela, c’est autant d’émissions de gaz à effet de serre en moins.
Dès maintenant, l’Etat, les collectivités territoriales, les entreprises doivent se mobiliser pour offrir des alternatives de mobilité, et les citoyens, les adopter. Nous ne pouvons plus attendre.

Un commentaire

  1. Mais alors rendez les transports en communs gratuits ! C’est une honte de voir les renforcements des contrôles dans le métro, le rer, de voir les petites gares de train délaissées, le prix du train exploser, et en même temps vanter la hausse du prix du carburant comme une mesure écologique. Pas étonnant que les gens ne comprennent pas. Pour être pédagogique, il faut un gouvernement exemplaire, un gouvernement qui abandonne les grands projets inutiles et climaticides (Notre dame des landes ça ne suffit pas! ça, ça s’appelle une vitrine!), un gouvernement qui suit à la lettre les mesures de la COP 21 au lieu de voir ses émissions de CO2 ne cesser d’augmenter parce qu’il fait tout le contraire, qui promeut l’agriculture biologique en aidant la reconversion des agriculteurs au lieu de caresser dans le sens du poil ceux qui répandent des pesticides et détruisent les sols!!! Un gouvernement courageux, ça donne envie de s’y mettre aussi! Mais alors faites le vraiment, opposez vous aux industries qui continuent à favoriser les énergies fossiles! 80% des énergies fossiles doivent rester dans le sol si on ne veut pas dépasser les 2°, vous avez pris quoi comme mesures pour qu’on cesse de forer ?
    Je suis pour la hausse du prix du carburant, mais si les transports en commun deviennent gratuits, et si le prix d’un billet d’avion coûte désormais vraiment ce qu’il émet en CO2, c’est à dire très cher. L’avion, c’est le 7èmeplus gros pollueur du monde. Mais ça, bouche cousue.

Laisser un commentaire